Dans l’attente du départ…

Le bateau

Les nouvelles du bord du 14 au 24 mai 2021.

Nous sommes donc toujours à la Marina de Västervik, installés à bord de notre Maxus 24 Amor Fati, depuis le 13 mai. Cette attente contrainte par les rendez-vous médicaux demandés par l’hôpital suite à mon accident, est l’occasion de découvrir la région de Västervik et les rivages de ce magnifique bras de mer situé au sud de Stockholm, sur la côte est de la Suède. A nouveau, nous profitons de la réserve naturelle de Gränsö sur la pointe sud de la péninsule (découvrir la galerie photos), mais également des nombreuses randonnées qu’offrent Västervik et ses alentours au départ de la Marina (découvrir la galerie photos). Pour un voyage en bateau… nous n’avons jamais autant marché (sic).

Maintenant que nous vivons dans le bateau, même à quai, la vie s’organise à bord dans cet espace réduit (le bateau ne mesure que 7m20…). Nous prenons nos marques et nos habitudes, et déjà les journées semblent bien moins rythmées par les jurons des uns et des autres après un choc à la tête dans la descente, ou en essayant d’accèder au lit situé sous le cockpit. Reste cette foutue glacière, bien pratique et efficace au demeurant, mais qui reste en travers du passage le long de la table côté tribord. Pour l’instant, faute de mieux, elle est toujours là… appelons ça « le choix du feu ».

Pendant que le pavillon de courtoise aux couleurs de la Suède, flotte dans les haubans tribord, le pavillon français est frappé dans le pataras à l’arrière. Puisque les pontons de la Marina sont situés au pied des ruines du château de Stegeholm, sur une langue de terre qui traverse le bras de mer, l’endroit est touristique et fait office de promenade fleurie pour les locaux. Pour ces derniers, notre petit bateau paré du drapeau tricolore est une petite attraction en soi. Avec la pandémie et les restrictions de circulation, nous sommes l’un des premiers équipages français à venir dans la région depuis un an et demi et les salutations et discussions improvisées avec de sympathiques suédois sont nombreuses chaque jour. Notre mésaventure a également fait son chemin sur « radio pontons ». Elle nous a attiré la sympathie de quelques voisins qui vivent à l’année sur leur bateau et qui prennent régulièrement des nouvelles de la guérison.

Le soir venu, une fois les enfants couchés dans leur lit breton et une gorgée de rhum dégustée sur le pont entre deux averses, nous retrouvons le carré et nos livres. A mon immense plaisir, Claire a enfin accroché à un bouquin d’Alain Damasio (La Horde du Contrevent), pendant que je replonge avec bonheur dans « Les aventures de Gilles Belmonte » de l’auteur Fabien Clauw. Le cinquième tome « Trafalgar la sanglante » m’a été offert avant notre départ. Une fois confortablement installé, en quelques secondes, notre bateau en résine se transforme en une frégate militaire en bois de trois mâts, aux couleurs de la flotte française impériale au début du XIXème siècle. Nos couchettes deviennent des hamacs, notre liseré de coque gris devient jaune, le cockpit devient dunette arrière, et me voilà pour quelques minutes ou quelques heures, Lieutenant à bord de l’Egalité ! Si vous ne connaissez pas encore les livres de Fabien Clauw (que j’ai eu le plaisir d’interviewer à plusieurs reprises dans le cadre du Festival International du Film et du Livre d’Aventure de La Rochelle), ruez-vous dessus ! Le Capitaine Clauw a oublié d’écrire avec les pieds (le bougre !), et en plus de nous offrir une séance de cinéma littéraire, il nous plonge avec érudition au coeur de la période napoléonienne, sur les ponts de la marine française révolutionnaire -puis impériale-, prête à en découdre avec la perfide Albion !

Redescendons sur terre ! Le programme des visites et sorties en famille a été chargé. Les enfants ont découvert le parc de jeux public de Västervik ! « Un truc de dingue », d’après eux. Ils rêvent désormais d’avoir le même devant leur école à La Pallice. Enfants et grands ont visiblement profité ensemble des toboggans, parcours aventure, tyrolienne et tourniquets (découvrir la galerie photos). Le lendemain, cap en voiture sur Gamleby au bout du bras de mer, pour une visite insolite au parc de « Trollskagen ». Des dizaines de drôles de statues réparties sur un bord de falaise, oscillent entre charme d’un Walt Disney et bizarrerie d’une forêt remplie de nains de jardins (découvrir la galerie photos). Cette semaine, les enfants ont également goûté à la froideur de l’eau de la Baltique par une belle journée ensoleillée (ce qui veut dire pour l’instant en langage météo local : « 14°C max, avec une belle éclaircie de quelques heures, et pas trop de vent« ).

Sur le plan médical, après une première visite de contrôle le mardi 18 mai, les médecins de l’hôpital ont enlevés les points de suture de mon doigt le jeudi 20 mai. Puisque nous avons la chance d’avoir une belle -et rebelle- infirmière à bord, qui va pouvoir s’occuper des pansement les prochaines semaines, nous sommes libérés de nouveaux rendez-vous médicaux ici à Västervik. Profitant de cette bonne nouvelle, Anton, le mécanicien de la Marina, nous a gentiment réparé notre moteur hors-bord suite à sa baignade : vidange, démontage et nettoyage du carburateur… Un véritable cours de mécanique appliqué, domaine dans lequel j’ai encore tout à apprendre et sur lequel j’aurais dû mieux me préparer en amont. Fort d’un moteur en état de marche, et après avoir trouvé une sur-moufle en Gore-Tex pour protéger ma main de l’humidité, nous avons pu tirer nos premiers bords à la voile sur la Mer Baltique ce week-end du 22 et 23 mai. L’occasion de tester les différents réglages du mât et des voiles après le transport et le re-matage du bateau. A part quelques hésitations de l’équipage, que les premières journées de navigation vont rapidement gommées, et la défaite du Stade Rochelais en finale européenne de rugby : tout est en ordre ! Nous consacrons donc nos soirées à la préparation de la navigation et au choix des mouillages pour les prochains jours. La météo est assez perturbée ici en cette fin de mois de mai, et il va falloir composer avec des journées pluvieuses et quelques petits coups de vent annoncés pour la semaine prochaine.

Le lundi 24 mai, nous confions à Andreas (le patron de la Marina que nous ne remercierons jamais assez pour son aide suite à l’accident, la qualité de son accueil et de celle de son équipe), les clés de la voiture et de la remorque. Elles stationneront dans un entrepôt situé à quelques kilomètres et y passeront les trois prochains mois dans l’attente de notre retour prévu autour du 20 août. La fin de matinée est ensuite consacrée aux derniers préparatifs avant appareillage. Avec quinze jours de retard sur notre planning initial, conséquence directe de l’accident, nous allons enfin quitter Västervik. L’endroit est magnifique, mais nous commençons à nous y sentir à l’étroit et rêvons un peu plus chaque jour de découvrir les archipels environnants et leur lot de mouillages sauvages.

Les amarres sont défaites et Claire tient le bateau depuis le ponton. J’enclenche la marche arrière quand un coup d’oeil vers le moteur nous permet de constater quelques traces d’essence à la surface de l’eau… Je mets en panne, et après quelques secondes, nous constatons une bonne fuite d’essence au niveau du bas du carburateur. Le séjour du moteur dans l’eau a visiblement endommagé l’animal plus que prévu… Le mécano de la Marina profite de sa pause déjeuner pour passer jeter un coup d’oeil. Son verdict tombe, il doit changer des pièces et des joints dans le carburateur. Ces dernières seront disponibles mercredi et seront changées dans la foulée. Nous croisons les doigts (sans mauvais jeu de mots) pour que ce planning ne soit pas à nouveau frappé par un autre coup du sort. Le « grand départ » se transforme malgré tout en belle sortie à la voile par 15 noeuds de vent établi, mer plate, en mode « tours de piste entre 3 bouées », pour nous recaler à toutes les allures. Sous 1 ris dans la grand voile, le bateau et l’équipage se régalent et nous retrouvons rapidement nos habitudes, nos sensations, et le plaisir de la glisse.

Merci à tous pour votre soutien et à bientôt depuis les archipels plus au nord… du moins on l’espère.

Claire, Alex, Blanche & Paul.

6 réflexions sur “Dans l’attente du départ…

  1. Vous m’apprenez plein de trucs (le pataras où est frappé le pavillon français, Belmonte raconté par Clauw) ; irez-vous à Farö? (dans les 70’s, c’était une espèce de mythe); merci aussi pour le podcast sur Napoléon. Oui c’est vrai, les voyages (des autres) ça instruit beaucoup (quand ils savent raconter , comme vous)

    J'aime

  2. Le report des grands départs suite à la mauvaise humeur de son moteur semble être dans l’ADN de ce bateau !
    Retour du bateau à La Rochelle après quelques années passées en Baie de Quiberon. Mais dés la sortie de Port Haliguen, le moteur ratatouille. Petit conciliabule dans le cockpit. Déjà, nous avions prévu de réduire le temps de navigation à seulement 30 h non stop à condition de nous appuyer au moteur au prés après avoir franchi la Loire. Ensuite, on est en hiver, les nuits sont longues et la perspective de passer sous le pont de la rochelle au petit matin, alors qu’il fait encore nuit, sans moteur, avec les courants, ne nous emballe pas plus que ça, donc demi tour et retour au bercail. Un simple nettoyage du carburateur et c’est reparti, sacré farceur que ce bateau !
    Sinon, pour en revenir aux livres, j’ai toujours conservé du Bernard Moitessier dans la bibliothèque du bord, ça m’a permis de faire quelques grandes navigations par procuration. De plus, quand j’avais la prétention de me faire passer pour un bricoleur émérite sur mes bateaux, la lecture des écrits de ce navigateur me remettais tout de suite à ma place !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s