Arkösund // Västervik – Du 16 au 26 juillet

Le bateau

Vendredi 16 juillet – Journée à terre à Arkösund
Après notre navigation dans le brouillard la veille pour rallier le port d’Arkösund, nous profitons des machines à laver du port et avitaillons le bateau. Voilà presque trois semaines que nous faisons nos lessives à l’eau de mer, et les draps ont besoin d’un petit coup de propre. Mi-juin, lors de notre premier passage à Arkösund, nous étions quatre bateaux en escale, répartis sur les deux ports d’invités. Cette fois, les deux ports sont pleins. Cette dernière quinzaine de juillet correspond à la période la plus chargée des vacances en Suède. De nombreux bateaux allemands sont également venus gonfler les rangs de la flotte qui sillonne actuellement les archipels. En revanche, nous n’avons toujours pas croisé de compatriotes de la marine française… Après quelques lessives matinales, direction la petite réserve naturelle et ses pontons aménagés entre les rochers pour un après-midi de baignade.  

Samedi 17 juillet – Arkösund // Håskö Lisselön
Nous continuons notre descente plein sud. Le vent, lui, file plein nord… Nous sommes quelques bateaux à partir ensemble ce matin. C’est l’une des rares fois où nous observons un voilier suédois (avec une magnifique garde-robe, ceci expliquant peut-être cela) s’obstiner à tirer de très beaux bords au près à la voile alors que d’habitude, tous sont au moteur dans ces conditions (et pas que dans ces conditions d’ailleurs). L’idée de l’accompagner dans cette noble mais fastidieuse tâche me traverse l’esprit, jusqu’à ce que je croise le regard de Claire qui, sans ouvrir la bouche, me dit : « Ne t’excite pas mon Alex ! Il est deux fois plus gros que nous et avec des voiles de régate. Il nous aura semé en moins de 10 minutes et sera déjà à la sieste quand on n’aura pas encore fait 5 miles dans ces conditions… On met la grand-voile en soutien si tu veux, mais tu laisses le moteur en marche et on avance ! » Et tout ça sans dire un mot… juste avec les yeux ! On commence à bien se connaître sur la marche du bateau 😉
C’est donc au moteur et dans une bonne brise de face montant jusqu’à 15kt que nous rallions l’île d’Håskö. Par un étroit passage nous gagnons la grande baie de la côte est, et prenons un mouillage sur ancre arrière contre les rochers au sud-ouest de la baie. Le lieu est réputé et de nombreux bateaux occupent le petit ponton visiteurs, où les autres mouillages possibles. L’endroit est abrité et nous sommes assez tranquilles malgré l’affluence. Un rond de pierre pour faire un feu a été laissé par nos prédécesseurs, et un petit village de pêcheurs avec une poissonnerie artisanale est accessible par un sentier en 10 minutes de marche. L’endroit nous semble parfait pour passer deux ou trois jours et fêter l’anniversaire de Ti’Paul le lendemain !

Dimanche 18 juillet au mardi 20 juillet – Journées à terre à Håskö
Comme presque tous les matins, la journée commence par un gros câlin avec les enfants. Celui-ci est encore plus sympa, car aujourd’hui, c’est l’anniversaire de Paul qui fête ses 7 ans ! Une journée organisée entre baignades « au cul du bateau » (comme disent maintenant les loulous), balades sur l’île, petits tours en annexe, et feu de camp avec des chamallows grillés ! Pour marquer le coup et dans l’attente de son nouveau vélo à notre retour à La Rochelle, nous lui avons offert un jeu d’échecs. Après quelques parties ensemble, Paul et sa sœur s’approprient l’échiquier et y développent rapidement leurs propres règles… On avait rarement entendu autant d’éclats de rires autour d’un échiquier ! Les enfants jouent également beaucoup tous les deux au bord de l’eau et créent une maquette géante de port à base de cailloux et de morceaux de bois. Nous profitons également de cette escale pour sympathiser avec un couple de suédois. Fait rare dans ce voyage (surement lié à notre niveau d’anglais disons « décevant »), nous passons plusieurs heures à discuter en anglais avec eux et partageons notre feu et notre bouteille de rhum « Don Papa » jusqu’à tard en soirée. 
Le lendemain, un autre de nos voisins quitte le mouillage en oubliant son barbecue à terre : le sacrilège ultime pour tout équipage suédois qui se respecte ! Afin de leur éviter une nouvelle approche au ras des cailloux, nous leur livrons le barbecue à la rame grâce à notre annexe. Le temps glisse doucement, rythmé par les baignades, les feux de camp et nos dégustations de superbes harengs et saumons fumés que nous achetons chez les pêcheurs. La baie s’est vidée peu à peu, et nous profitons pleinement de cette escale, conscients que la fin de notre voyage approche à grands pas. 

Mardi 20 juillet – Håskö // Fyrudden
L’étape du jour est courte mais va s’avérer sportive. Cette fois, j’ai négocié en amont avec Claire le fait de pouvoir rallier le port de Fyrudden à la voile, au près. Avec 15 kt de vent établi et le bateau chargé, nous naviguons avec 1 ris dans la grand-voile et le solent réduit par quelques tours d’enrouleurs. Je me régale à la barre, j’ai l’impression de faire du 420 ! 
Cette escale au port est nécessaire après ces trois jours au mouillage, pour pouvoir faire le plein d’eau et quelques courses. Nous en profitons également pour faire un tour à la pizzéria réputée du port et nous faire une petite séance « cinéma en famille » sur le bateau !

Mercredi 21 juillet – Fyrudden // Torrö Ålgårdsfjärden
J’ai encore envie de m’amuser à la voile aujourd’hui ! Les prévisions de vent d’est tournant sud-est autour de 10kt sont la promesse d’une nouvelle belle journée à la voile, au travers avec un peu de près. Nous quittons le catway et hissons la grand-voile dans la foulée, bientôt rejointe par le solent. Le moteur est coupé avant même de quitter le port. Pas peu fier de notre efficacité ce matin, je me retourne et constate que les quelques plaisanciers suédois qui traînent sur les pontons ce matin, ont visiblement apprécié la manœuvre : 1 point pour la marine française ! Je savoure ce petit brin d’orgueil, Claire moins. Agacée par cette précipitation, elle descend dans le carré profiter de son thé avec les enfants et me laisse seul aux commandes du bateau. Je m’éclate ! Après un départ un peu mou sous le vent des îles, nous gagnons un peu le large et profitons d’une bonne petite brise. Les quelques rochers m’obligent à alterner les allures entre bon plein et travers. J’arrive à négocier ces transitions tout en gardant le gennaker dans cet air compris entre 8 et 10 kt. Le bateau marche bien et je profite pleinement de cette navigation en solo sur cet itinéraire que nous avions prévu de prendre à l’aller et auquel nous avions dû renoncer lorsque se sont déclenchés nos problèmes de moteur… Nous arrivons en milieu d’après-midi dans une petite baie pas très abritée dans laquelle s’engouffre le vent. Nos approches de repérage sur les rochers afin de trouver un bon emplacement de mouillage sont rendues difficiles par le vent qui souffle sur babord. Nous faisons cinq tentatives avant de finalement décrocher une bonne place pour la nuit. La berge est abrupte, et Claire a dû faire preuve de pas mal d’audace pour gagner la terre ferme depuis la delphinière et frapper provisoirement une amarre. Je la rejoins rapidement avec les enfants afin de placer quelques pitons dans les fissures pour bien amarrer le bateau. Les enfants adorent le bruit du piton « qui chante » lorsque celui-ci est bien en place. Moi aussi ! Ça me rappelle quelques bons souvenirs d’escalade 😉
Seul un bateau, que nous aidons dans son approche, nous rejoint en soirée. Ce voilier de plus de 40 pieds sera parfait pour nous couper le vent et nous protéger du petit clapot cette nuit. L’île est sauvage et nous nous offrons une agréable randonnée avant de prendre l’apéritif perché sur notre petite falaise. 

Jeudi 22 juillet – Torrö Ålgårdsfjärden // Hasselö Sand
Nous ne sommes plus qu’à une petite quarantaine de miles de Västervik, notre point de départ, que nous avons prévu de dépasser pour aller faire un tour un peu plus au sud avant de rentrer. L’étape du jour doit nous conduire sur l’île de Hasselö qui, nous a-t-on dit, est une plage paradisiaque pour les enfants. La jolie brise d’ouest qui souffle aujourd’hui sur la côte est favorable à tous les équipages, que l’on fasse du nord ou du sud. Les voiliers sont donc de sortis, et nous sommes des dizaines à nous suivre ou nous croiser sur les chenaux balisés qui traversent l’archipel, parfois par de très étroits passages. C’est sur l’un d’eux, à la faveur d’une rafale que nous coinçons l’enrouleur de la voile d’avant en essayant de réduire la voilure. Nous avons maintenant une bonne brise et nous ne pouvons garder le solent complétement déroulé. J’arrive finalement à l’enrouler à la main en sens inverse puis à le bloquer, et nous décidons de nous en passer pour la fin du parcours. Un peu plus tard, nous croisons à portée de voix, et pour la première fois en Suède, un bateau de la classe MINI : le numéro 330. Même si les voiles sont toujours siglées FRA, celui-ci bat désormais pavillon suisse et nous saluons chaleureusement son skipper. 
Encore une belle journée de voile qui nous conduit à Hasselö et sa plage sous affluence… Nous arrivons à prendre la dernière place disponible sur le ponton, avec ancre arrière contre un bout de quai exposé au vent… La place est tellement nulle que nous finirons par en changer dans la soirée après qu’une bien meilleure, sous le vent, se soit libérée. 
Pendant que les enfants gagnent la plage et (une fois n’est pas coutume) se projettent chacun de leur côté dans leurs jeux, nous continuons d’essayer de joindre le capitaine de la marina de Västervik pour commencer à organiser le retour et le grutage du bateau. Nous en profitons pour jeter un coup d’œil sur les places encore disponibles pour le ferry et les hôtels. Début août marque la fin des principaux flux touristiques en baltique, et les ferries et les hôtels sont pleins. Il reste quelques places à des prix abordables pour le milieu de la semaine suivante, puis plus rien avant 15 jours, ou plus rien à des prix raisonnables (au sens d’une famille de quatre en fin de budget 😉 Ayant fait le tour des paysages de cette partie de la Baltique, nous n’avons pas forcément envie de prolonger l’aventure de quinze jours vers le sud, et décidons d’essayer de viser le créneau de la semaine suivante. Parents et enfants seront ravis de rentrer avec quelques jours d’avance sur le programme initial pour profiter de la famille et des amis avant la rentrée. Le créneau est cependant court car les places disponibles sur le ferry sont pour la nuit du mercredi 28 au jeudi 29. Nous devons avant cela rallier Västervik, démâter et gruter le bateau avant une journée de route pour gagner la côte sud de la Suède.   
Une fois la décision prise avec l’avis des enfants, nous finissons la journée à la baille, « au cul du bateau », non sans avoir préalablement réparer l’enrouleur de génois. La plage s’est vidée de ses occupants venus en inter-îles passés la journée. Le site retrouve son calme en soirée et nous offre un beau couché de soleil pour cette désormais dernière étape de notre voyage. Demain, nous serons de retour à Västervik.

Vendredi 23 juillet – Hasselö Sand // Västervik
Västervik n’est plus très loin, et nous devons idéalement rallier la marina avant le départ en vacances du capitaine du port Andreas, avec lequel nous devons nous organiser pour le grutage du bateau. Les enfants profitent de la plage avant notre départ. Les quelques nuages dans le ciel ce matin n’ont pas contribué à attirer du monde, et les enfants profitent seuls d’une animation type « fouille archéologique » en libre accès sur la plage. Ils sont comme des dingues à s’afférer autour d’un squelette de dinosaure qui apparait au fur et à mesure de l’avancée de leur travail ! Ils repartent de la plage ravis et remontent sur le bateau les pieds plein de sable, mais le sourire jusqu’aux oreilles.
Une fois le ponton quitté, nous savourons, à la voile, même à 2 kt, ces derniers moments de navigation en Baltique. Puis en sortant du petit fjörd, nous prenons le vent de nord-est et allongeons la foulée jusqu’à l’entrée du fjörd de Västervik. Dans cette dernière partie exposée à la houle du large, la mer est bien formée et assez désorganisée. C’est dans ces conditions, au largue, que l’on s’amuse le moins à la barre. Est-ce un effet secondaire du bi-quille, mais, chaque vague prise par l’arrière à cette allure, nous donne l’impression que le bateau va se coucher sur un bord. Nous essayons de corriger minutieusement les mouvements du bateau en veillant à ne pas amplifier cette sensation par de grands coups de barre. Le bateau avance bien malgré tout et nous finissons par gagner l’abri du fjörd en mode « concentrés ». La mer se calme et les enfants nous rejoignent sur le pont, puis prennent avec nous les commandes du bateau pour cette remontée de 5 MN.  Nous passons l’étroiture et ses petites tours de balisage à la voile et sommes en vue de la Marina. Comme un symbole, juste avant d’affaler les voiles face à l’entrée du port, Claire échappe un pare-batte à la mer. Une petite manœuvre type « homme à la mer » plus tard, le pare-batte à regagner le bord, la grand-voile est ferlée, et nous gagnons l’une des dernières places disponibles sur un ponton avec bouée arrière. Il fait maintenant grand soleil, et la marina est pleine à craquer. Un vrai changement par rapport à notre départ sous des trombes d’eau à la fin du mois de mai, où nous avions la chance de pouvoir squatter le quai d’honneur face à la capitainerie avec quelques rares bateaux !

Les trois jours suivants sont consacrés au rangement puis au démâtage du bateau avant de pouvoir le gruter et prendre la route.  Nous venons également de récupérer notre voiture et notre remorque garées dans un grand hangar par l’équipe du port. Au téléphone, ma Maman m’a demandé si l’on devait à nouveau décrocher le moteur du bateau pour le transport. J’ai répondu que oui. Elle m’a demandé de ne pas me faire mal. J’ai promis que j’allais essayer 😉

On vous raconte notre voyage retour d’ici quelques jours dans de nouvelles pages de ce carnet de bord et un nouvel épisode de Radio Boubou.

D’ici là, amitiés à tous et encore merci pour vos messages qui nous accompagnent dans cette petite aventure à la voile qu’il reste encore à (bien) terminer ! 

Claire & Alex

PS : La galerie photos complète est à découvrir ici !

7 réflexions sur “Arkösund // Västervik – Du 16 au 26 juillet

  1. Bonjour à vous 4
    Je me régale de votre carnet de bord ainsi que de ces superbes photos. Je vous souhaite un bon retour à La Rochelle et espère vous rencontrer un de ces jours. Il y a tellement longtemps que je n’ai pas vu Claire!
    Les enfants vont avoir de quoi raconter aux copains et copines de classe, ainsi qu’aux mamies!
    Paul a fait de magnifiques dessins 👏
    Bon retour.
    Chantal Niquet

    J'aime

  2. Je comprends rien aux manœuvres techniques mais je me régale de vos récits !
    Bon retour et j’espère vous revoir un de ces jours.
    Vous êtes les bienvenus en Haute-Savoie quand vous voulez.

    J'aime

  3. Merci pour tout ces bons moments de lectures et d’écoutes ! Les filles sont vraiment complètement fans de radio boubou…et nous aussi ! À bientôt les amis! Et bon retrait de moteur! On croise les doigts pour l’embrayage🤞(mais ça devrait aller c’est que de la descente vers le sud/ouest). Des Bises

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s